Passer au contenu principal

Caractéristiques d’une stratégie d’intégration numérique efficace et réussie pour les entreprises

En réduisant le fossé de communications entre les différents systèmes d’information d’une entreprise, on peut en faire une machine bien rodée. Autrement dit, l’intégration fait des merveilles pour que toute entreprise en fonctionnement puisse atteindre ses propres objectifs. C’est particulièrement important aujourd’hui car un nombre considérable d’entreprises ont opté pour la numérisation de leurs processus, quelle que soit leur taille, leur domaine ou le nombre d’années à leur actif. Pour faciliter ce processus, les spécialistes en la matière ont conçu une stratégie d’intégration avant de se lancer sur la voie complexe de la transformation numérique. Dans cet article, nous approfondirons quelques-unes des caractéristiques inhérentes à la stratégie d’intégration qui rapportent d’excellents résultats.

Qu’est-ce qu’une stratégie d’intégration ? 

Bien que l’expression « stratégie d’intégration » soit généralement utilisée pour décrire les stratégies employées par les entreprises qui se lancent dans des opérations de fusion et acquisition, elle peut également faire référence à la tâche d’intégration de systèmes professionnels. Dans ce dernier cas, une stratégie d’intégration (ou stratégie d’intégration numérique) est un programme global pour toute initiative d’intégration numérique dans une entreprise.

Facteurs qui ont un impact sur la stratégie d’intégration 

Une stratégie d’intégration doit prendre en compte ce qui suit :

  • Les processus commerciaux clés pour une entreprise. Notamment les processus opérationnels, de gestion et de soutien.
  • Les domaines fonctionnels et les équipes d’une organisation que doivent coordonner les processus d’entreprise. Parmi ceux-ci, on trouve l’équipe de ventes, de marketing, de comptabilité, de ressources humaines, de gestion de la chaîne d’approvisionnement, de service client, etc.
  • Le panorama technologique de l’organisation. Ce qui inclut toutes les applications, les interfaces de programmation d’applications (API en anglais), les méthodes de traitement des données et l’infrastructure, que ce soit directement dans ses installations (on-prem) ou sur un cloud, dans lesquels l’entreprise dépose actuellement sa confiance.

Cela va garantir qu’une stratégie d’intégration sera plus qu’un simple programme visant à rassembler des technologies diverses au sein d’une entreprise. Dans certains cas, cela signifiera également mettre en place le logiciel ou la pile technologique actuelle de l’entreprise ou remplacer les solutions existantes par d’autres qui seront plus efficaces. Cependant, dans la plupart des cas, une stratégie d’intégration doit englober bien plus que le simple choix de la technologie. Elle pose les fondements pour simplifier et rationaliser de nombreux processus professionnels, en gérant et en développant des capacités nouvelles et déjà présentes au sein de l’entreprise. Cela est uniquement possible lorsque la stratégie d’intégration s’adapte à l’environnement dans lequel elle est appliquée (l’entreprise qui a besoin de l’intégration).

Vous avez besoin d’aide pour planifier votre prochain mouvement d’intégration ? Nous pouvons vous aider à commencer. 

Éléments et caractéristiques d’une stratégie d’intégration

Une stratégie d’intégration peut être divisée en plusieurs domaines stratégiques plus petits. Voici les éléments clés :

Stratégie d’intégration d’applications

Une entreprise peut avoir de nombreuses applications dans son vaste ensemble de domaines fonctionnels, y compris entre autres : des systèmes de finances, la gestion de la relation avec les clients (CRM en anglais), des systèmes de planification des ressources de l’entreprise (ERP en anglais) et la gestion de la chaîne d’approvisionnement. Une stratégie d’intégration d’applications d’entreprise (EAI en anglais) consiste à regrouper les technologies et les services pour leur permettre de partager entre eux des informations importantes. La connexion entre ces systèmes facilite le flux de travail de l’entreprise et fait augmenter ses revenus.

Il y a trois formes d’intégration d’applications fondamentales :

  • On-premises : lorsque l’entreprise choisit d’héberger elle-même ses applications au sein de ses installations, une solution comme l’enterprise service bus (ESB en anglais) peut faire partie de sa stratégie d’EAI.
  • En se basant sur le logiciel en tant que service (SaaS en anglais) : la plupart des entreprises utilisent, dans une certaine mesure, des applications basées sur le logiciel en tant que service dans leurs tâches quotidiennes. Afin d’éliminer les silos d’applications et de données, celles-ci doivent être correctement incorporées dans l’architecture de l’entreprise. Bien qu’elle soit onéreuse, une plateforme iPaas (Integration Platform as a Service) pourrait être une stratégie efficace dans ce cas de figure.
  • Application par application : au cas où les entreprises rechercheraient la visibilité de tous leurs processus principaux, y compris tout ce qui a un rapport avec les fournisseurs, les partenaires financiers, les entreprises de logistique et les clients, les intégrations application par application sont une réponse adaptée. Pour y parvenir, les entreprises doivent s’incorporer à des écosystèmes qui vont favoriser la communication entre les applications de la multi-entreprise. Cela permet à l’entreprise de mieux contrôler ses flux de travail, car elle pourra rassembler des données au-delà de ses propres restrictions internes.

Stratégie d’intégration de données

En tant que concept, l’intégration de données aide les processus d’informatique décisionnelle (BI en anglais) qui se servent des données présentes et passées pour diriger la prise de décision à l’échelle de l’entreprise. Les stratégies en rapport avec ce type d’intégration renforcent l’intégrité et l’accessibilité des données.

Elles abordent des sujets tels que :

  • Vitesse d’accès aux données. Une bonne stratégie d’intégration des données tente de réduire le temps que met une entreprise à obtenir des données à jour.
  • Interopérabilité entre différentes sources de données distribuées géographiquement et infrastructurellement. Les données peuvent être réparties dans le monde entier. De plus, les données sont hébergées sur le cloud et on -premises et sont stockées sur différents types de réservoirs de données (entrepôts de données, marchés de données, lacs de données, etc.). Une stratégie d’intégration de données doit associer ces différentes sources de façon à ce qu’elles aient un point d’accès commun.
  • Réduction des coûts. Une stratégie d’intégration doit analyser si les intégrations de données entraînent des économies et réduisent les coûts. Cela peut s’obtenir grâce à l’automatisation des données.
  • Connectivité entre services. Découvrir quelles équipes et quelles applications vont bénéficier le plus du partage des données peut aider á définir les patrons d’intégration à pratiquer pour ce cas de figure.
  • Respect des principes de sécurité et de gouvernance des données. Une bonne stratégie d’intégration et de gouvernance des données doit établir les processus que doit suivre une entreprise pour accéder et utiliser les données en toute sécurité. Par exemple, dans le secteur sanitaire, les informations qui doivent uniquement être transmises aux professionnels de la médecine doivent être étiquetées comme confidentielles.

Stratégie d’intégration sur le cloud

Ce composant de la stratégie globale d’intégration traite les éléments suivants :

  • API.
  • Passerelle web sécurisée (SWG en anglais).
  • Applications Saas.
  • Applications on-premises.
  • Micro-services.

Pour que la stratégie d’intégration sur le cloud soit réussie, il y a certains aspects à prendre en compte :

  • L’aborder en se basant sur des documents, tout en incluant l’expérience des fournisseurs de services sur le cloud, ainsi que celle des professionnels de l’assistance des services traditionnels dans les installations de l’entreprise.
  • Transformer les données en on-premises pendant que l’on connecte les API basées sur le web rajoute des difficultés inutiles à la structure de l’intégration, ce qui fait qu’il est compliqué d’en tirer pleinement profit.
  • Avec le temps, l’utilité des API peut changer car toutes ne sont pas les mêmes. Par conséquent, lors de la planification des intégrations, il faudra prendre en compte les futures mises à jour et la maintenance régulière.

Stratégie d’intégration de la sécurité 

La sécurité peut occuper un second plan lorsque des transformations rapides ont lieu au sein d’une entreprise. La partie commerciale de l’entreprise fait face à une transformation numérique alors que la partie technologique y fait face sur le cloud. Malgré ce bouleversement, l’entreprise doit s’efforcer de garder l’équilibre dans le domaine de la sécurité. Voici deux mesures basiques qui pourraient aider à établir cet équilibre :

  • Identifier les silos au sein de l’organisation et les connecter en marquant les résultats et les processus partagés.
  • Identifier quel est le niveau de sécurité correct dont l’entreprise a besoin. Cela évite au service de sécurité de s’imposer sur les flux de travail de l’entreprise. En même temps, cela garantit que le service ne sera pas complètement inefficace.

L’objectif d’une stratégie de sécurité dans une organisation intégrée est le suivant :

  • Contrôler de façon proactive et répondre à de nouvelles menaces et à celles qui existent déjà.
  • Recueillir de nouvelles idées qui pourraient aider à améliorer l’infrastructure de sécurité de l’organisation.
  • Analyser les facteurs qui contribuent à l’origine d’une attaque en particulier afin d’améliorer les mesures préventives de l’équipe de sécurité.
  • Mettre en œuvre les enseignements tirés des connaissances et des analyses dans l’écosystème technique sans perdre de vue les processus d’entreprise.

Quelles sont les caractéristiques d’une stratégie d’intégration efficace et réussie?

Bien que chaque stratégie d’intégration soit créée sur mesure pour l’organisation qui en a besoin, son efficacité peut se réduire à quelques facteurs communs. Pour qu’une stratégie d’intégration soit réussie, elle doit normalement présenter ces quatre caractéristiques :

Garantir une intégration parfaite dans un environnement informatique hétérogène

Une bonne stratégie d’intégration permettra des intégrations hybrides aussi bien du logiciel en tant que service que des on-premises. Ainsi, on garantit que toutes les technologies, qu’elles aient un rapport entre elles ou non, partagent des données sans efforts.

Exposer la fonctionnalité de l’application via l’implémentation des API

Tirer profit de l’API Management expose les utilisateurs aux services d’une application. Ainsi, une entreprise peut exploiter au maximum son ensemble d’applications et d’autres actifs informatiques. De plus, les API éliminent la responsabilité qui repose sur les programmeurs d’applications qui doivent comprendre en profondeur les autres systèmes avec lesquelles elles interagissent.

Simplifier les processus technologiques en optant pour des méthodes d’intégration modernes 

Selon le cas de figure, utiliser de nouvelles variantes des technologies d’intégration traditionnelles, par exemple, les micro-services au lieu des anciennes approches monolithiques, pourrait faciliter les processus numériques pour les entreprises et autres intéressés. De la même manière, une stratégie d’intégration réussie permet éventuellement de déployer des méthodes d’intégration comme le transfert de fichiers, les passerelles, les files d’attente de messages et les ESB grâce à des pratiques fluides et automatisées afin de réduire les charges technologiques.

Garantir l’accès aux données et aux applications

La mise en place d’approches, comme les passerelles cryptées pour protéger l’accès à certaines interfaces API, signifie que seul le personnel autorisé peut utiliser certains services numériques associés à l’entreprise. De plus, les systèmes, les bases de données, les applications et les API en lien avec des données confidentielles ou qui les transmettent entre eux via des conduits intégrés doivent respecter les normes de conformité des données correspondantes.

Conclusion

Cet article met en relief certains des aspects essentiels dans l’élaboration d’une stratégie d’intégration productive qui donnera probablement lieu à des gains commerciaux pour l’entreprise. Si l’on compare les caractéristiques citées à un ensemble fondamental d’objectifs d’intégration, chaque entreprise peut élaborer une stratégie d’intégration au fur et à mesure qu’elle surmonte chaque phase dans la sélection de la technologie.

En y voyant plus clair sur la position actuelle de votre entreprise sur la voie de l’intégration, vous pourrez savoir vers où vous vous dirigez dans votre stratégie d’intégration. Répondez à notre bref questionnaire pour découvrir ces informations.